• CAMP.PiNG

    L’espace de réflexion, d’échanges et de collaboration qui a émergé au sein du réseau Mars Multimédia depuis 4 ans témoigne de l’intérêt qu’ont les acteurs des usages non marchands du multimédia sur le territoire régional à se connaître et à partager des expériences et des ressources. Il a aussi mis en valeur la diversité de ces acteurs qui, au quotidien, sensibilisent et accompagnent les publics sur les pratiques multimédia, que ce soit en terme de pédagogie,d’expression ou de création. Il existe cependant peu de données récentes propres à nos structures, sur nos identités et nos contextes d’activité.

    C’est dans ce contexte que nous avons souhaité lancer l’enquête en terrain partagée concernant les espaces de pratiques multimédia en Pays de la Loire. Cette enquête constitue un premier pas vers ce qui, demain, pourrait constituer un observatoire partagé des usages non-marchands du multimédia en région.

    L’enquête s’est déroulée en deux étapes :
    – un questionnaire Identité // en ligne ici// afin de dresser un premier état des lieux du paysage multimédia régional
    – une journée de travail CAMP.PiNG, le 25 mars 2010

     

    COMPTE-RENDU DE LA JOURNÉE CAMP.PiNG

    Cette journée était organisée dans le cadre de 2 journées de travail thématiques, en collaboration avec le Pôle, autour de la mission d’observation et de ses enjeux, tant du point de vue des commanditaires, du public observé que des opérateurs professionnels.

    Participants : Alexandre Lorieau (PiNG), Marie Point (PiNG), Catherine Lenoble (PiNG), Mona Jamois(PiNG), Julien Bellanger (PiNG), Laurent Bessonnet (Ceméa), Thomas Renaud (Ceméa), Emmanuel Parent (Le Pôle), Nicolas Crusson (Le Pôle), Stéphane Dartiailh (Ethnologue), Hyacinthe Chataigné (Fédurok), Benjamin Cadon (Labomédia), Boris Papin (CMS), Paul Lyonnaz (Trempolino), Christel Baumgarth (Webculture), Marilou Hatinguais (Médiathèque de Rezé), Hyacinthe Chataigné (Fédurok), Sarah Trichet-Allaire (La Fabrique du Libre), Jean-François Rolez (La Fabrique du Libre).

    14h30-15h // Introduction

    Julien Bellanger (PiNG) revient sur le contexte d’organisation de la journée : au sein du réseau Mars Multimédia, réunion informelle des acteurs non-marchands du multimédia en Pays de la Loire, malgré des collaborations actives entre structures depuis 5 ans, nous ne disposons pas de données précises et tangibles sur l’identité des acteurs.  Au sein du réseau, les compétences de chacun sont identifiées de manière intuitive mais il se dégage  un besoin d’une meilleure visibilité sur le champ de la culture multimédia en général.

    Au-delà des objectifs initiaux d’un Observatoire partagé du secteur multimédia et de la reconnaissance de la profession d’animateur multimédia, de nouveaux enjeux apparaissent : identification de toute la filière métier, définition de la notion d’espaces numériques (lieux intermédiaires / hybrides), études des pratiques numériques et des croisements avec les secteurs culturels institués…

    L’expérience d’enquête téléphonique menée au sein de la fédération Culture-multimédia auprès de 50 structures sur le territoire national dans un contexte d’urgence politique est aussi à prendre en compte comme point de départ de nombreuses démarches similaires : la problématique d’un « état » des « lieux », alors que ces pratiques s’articulent entre des « espaces » pas nécessairement homogènes, des contextes différents (collectifs, individuels).

    Autant sur les forums ou les événements collaboratifs (Mars Multimédia, FAREM, …), on ressent un réel engagement dans la « participation » active ; autant sur les « espaces » de structuration, d’implication constructive on perçoit une grande difficulté d’investissement, quand bien même ces « espaces » ont été validés collectivement : c’est en tout cas ce constat-là que les forces motrices de Mars Multimédia ont souhaité partager avec les acteurs des musiques actuelles (Le Pôle, La Fédurok) dans un souci de déterminer quelles actions mettre en place pour favoriser une observation participative et partagée au sein des espaces de pratiques culturelles émergentes et ainsi la reconnaissance du secteur culture multimédia.

    15h-16h30 // Retour d’expériences : l’exemple des musiques actuelles avec Hyacinthe Chataigné de la Fédurok

    Lors de son intervention, Hyacinthe (Fédurok) explique le travail d’observation du secteur des musiques actuelles qui a été mené depuis 10 ans au sein de la Fédurok et comment il a fallu mettre en confiance les structures (« animer l’autonomie ») afin qu’elles participent à ce travail de collecte de données. L’importance de l’accompagnement lors de la réalisation d’une enquête est mise en évidence : les personnes doivent comprendre les enjeux de l’enquête et leur intérêt à y contribuer pour s’impliquer dans le projet d’observation.

    La nécessité de mettre en place l’observation avec les acteurs de terrain, avant que l’impulsion ne vienne des institutions est soulignée. Effectivement, les attentes et besoins des financeurs ne sont pas les même que ceux des acteurs de terrain : il est important que les acteurs de terrain s’emparent de ces problématiques et proposent leurs propres indicateurs d’observation (différents de ceux des méthodes d’évaluation et/ou d’audit).

    La question de l’animation d’un réseau et des difficultés qui y sont liées a été abordée. La mobilisation de ressources humaines dédiées à l’animation de la contribution d’une communauté d’usagers est un facteur-clé de la réussite de cette observation participative et partagée. La forte identification du réseau et le sentiment d’appartenance est également un moyen de s’assurer de la contribution des acteurs : les problématiques soulevées lors du travail d’observation doivent alors croiser le coeur des problématiques d’activités des structures, pour susciter un réel interêt de la part de celles-ci.

    Enfin, il est question de tirer parti de la réactivité qu’ont historiquement les structures multimédia, habituées aux pratiques auto-didactes, pour mettre en place une observation participative et partagée du secteur culturel multimédia.

    16h30-17h30 // Atelier pratique LimeSURVEY et Présentation des résultats de l’enquête en terrain partagé menée avec le réseau Mars Multimédia

    L’atelier autour de LimeSURVEY, permet de découvrir un logicel d’enquête en ligne opensource. Il est notamment pointé la nécessité de proposer pour mener le travail d’observation un outil souple, en ligne, facile d’accès et d’utilisation. Cette présentation ouvre par ailleurs un débat sur la question des outils de questionnaire libres et non libres : on y présente la démarche de la Coopérative Multimédia Solidaire CMS où comment des acteurs du tiers- secteur nantais mutualisent une plateforme de services numériques.

    La présentation des résultats de l’enquête menée sur le réseau Mars Multimédia permet de tirer certaines conclusions quant à l’élaboration d’un questionnaire. Même si le taux de réponse (13.8%) se situe dans la moyenne au regard des pratiques menées par d’autres observatoires, on observe que les structures n’ont pour la plupart par répondu à la totalité des questions (données budgetaires, …).

    Cela met en évidence la nécessité d’une réflexion en amont sur les questions posées afin qu’elles soient aisément compréhensibles, en accord avec l’objectif du questionnaire (sur quoi souhaite-on obtenir des données ?), et que la personne interrogée soit en mesure d’y répondre (à qui s’adresse-t-on ?). D’autres points sont évoqués, comme l’importance de laisser un laps de temps important pour la contribution, la nécessité d’expliquer aux contributeurs l’utilisation concrète des données récoltées.

    17h30-18h // Démo, présentation de METAMAP : plateforme de mise en valeur de contenus multimédia des acteurs culturels en région Centre, co-développée avec le CRIJ Région Centre. Avec Benjamin CADON (Labomédia)

    Outil de mise en ligne de contenus géolocalisés, METAMAP permet de dresser des cartographies en plaçant textes, photos, vidéos et sons. C’est une plateforme créée pour partager les informations d’un réseau et améliorer la connaissance d’un territoire : il s’agit par cet exemple de montrer en quoi la « participation, contribution » peut être sollicitée et visible sous forme cartographique, constituant par là même un espace d’enquête partagée.

    En complément d’informations, retrouvez le relevé de conclusions de la journée de travail du 26 mars du Pôle et les réponses du questionnaire.